Lundi 13 juillet, en prélude au feu d'artifice, nous étions invités pour un concert à Vasles (79).

En arrivant à quelques kilomètres de là nous traversons un village à 50 km/h, vitesse maximale, lorsque nous nous faisons doubler et klaxonner par deux véhicules qui n'apprécient visiblement par que l'on respecte les limitations de vitesse dans leur secteur...

En arrivant au Gymnase, après avoir tourné pas mal pour essayer de trouver quelqu'un, nous allons à la mairie, où une charmante employée nous confie les clefs.

Nous nous installons sous une chaleur torride avec l'aide de Martin au mixage. Malgré une acoustique épouvantable, il réussit à faire un joli son.

A l'heure dite environ 180 vasléens viennent s'installer pour participer au repas organisé par la municipalité. Le concert débute, et nous sommes très heureux de jouer pour les amis, les gens qui se montrent intéressés, et les passionnés de musique américaine qui ont fait le déplacement. Beaucoup sont venus pour le feu d'artifice et ils nous observent avec un air mi goguenard, mi curieux, mi amusé. Je sais ça fait trois moitiés, mais nous avons un pied dans la 4ème dimension ce soir !

Nous finissons à 23h avec l'explosion des premiers pétards. le feu d'artifice est très applaudi. Les gens sont ravis de leur soirée.

Il est temps de remballer tout notre bazar et de prendre la direction de Parthenay où nous allons dormir. Après tout, c'est la veille du 14 juillet. Désireux de boire une bière tous ensemble en décompressant, nous nous arrêtons devant le plus grand café de la ville sur la terrasse duquel quelques tables de locaux se prélassent et assistent à la scène tout fiers du privilège qui est le leur.

" - Bonjour. C'est possible s'asseoir en terrasse pour boire un verre ?
- Ah non Monsieur, nous sommes fermés.

- ...  Donc il n'y a plus rien d'ouvert à Parthenay à cette heure-ci ?

- Si vous croyez que je vais payer un salarié pour servir un hypothétique client à cette heure-ci

- ...?... "

Devant un tel sens de l'accueil et de l'hospitalité, nous nous inclinons et décidons d'aller dormir.

En arrivant à l'hôtel, l'une des trois chambres que nous avons réservées (et payées l'après-midi) est occupée. ! .

"Vous entrez dans une zone où le temps et l'espace n'obéïssent pas aux règles habituelles ... Vous venez de franchir une porte qui donne sur la 4ème DIMENSION ... sion ... sion ... sion ..."